Plaidoyer pour une écologie spirituelle

19 Oct 2020

Par Serge Toussaint

Extrait du chapitre V

« Au regard de l’ontologie rosicrucienne, « il n’y a ni vide ni frontière» entre les règnes de la nature. Pourquoi ? Parce que tous sont des véhicules de l’Âme universelle et de son attribut majeur : la Conscience universelle. Cela veut dire que les végétaux et les animaux, à l’instar des êtres humains, sont doués de conscience. »

Extrait du chapitre 11

« Lorsque l’on admet que la Terre est un être vivant et conscient, on peut comprendre qu’elle est sensible, non seulement à ce que nous faisons en relation avec elle, mais également à ce que nous pensons. Sachant cela, les Rosicruciens ne se limitent pas à agir avec respect à son égard ; ils s’emploient également à lui envoyer régulièrement des pensées positives, comme ils le font d’ailleurs pour l’humanité dans son ensemble. Ce travail spirituel permet de diriger vers notre planète des énergies qui se combinent à son aura et qui, d’une façon subtile, lui sont bénéfiques. »