L’évolution

01 Fév 2021

Jean-Marie Beduin

Extrait du chapitre « L’évolution envisagée sous l’angle de la conscience »

« Le cerveau humain n’est pas l’aboutissement de l’évolution de la conscience. L’humain une fois apparu a rapidement constitué des sociétés : c’est l’apparition de la conscience sociale. On peut y voir un processus analogue à celui qui a donné lieu aux premiers êtres pluricellulaires, mais ici, sur le plan de la conscience, les consciences individuelles sont intégrées en un tout plus grand. L’humanité est en route vers une conscience planétaire qui devra intégrer les consciences individuelles des humains qui la constituent. Certaines institutions internationales comme l’UNESCO sont à l’image – en théorie du moins – de cette volonté d’intégration des consciences. Notons au passage qu’intégration implique respect mutuel. Dans un organisme sain, aucune cellule ne nuit à une autre. Cela devrait nous éclairer sur la voie à suivre.

 

Le tout est de voir ce que nous allons faire de notre conscience. […] Nous avons en tant qu’humain la possibilité de détruire notre planète, ou plutôt de la rendre inhabitable pour nous et la plupart des êtres vivants ; c’est là le risque que nous fait courir notre libre arbitre. Mais si nous comparons notre conscience à celle des premières bactéries, nous pouvons constater les progrès phénoménaux qui ont été réalisés durant l’évolution. La conscience d’une bactérie ne va pas au-delà d’une sphère microscopique, la nôtre embrasse un univers gigantesque et conçoit un au-delà. » »